Comment entretenir un olivier en pot ou en pleine terre

0
73

L’olivier ou olea europea est un arbre répandu et apprécié en Provence. Si certains l’aiment pour ses délicieux fruits, d’autres adorent son côté ornemental et sa capacité à braver les intempéries. L’olivier est peu exigeant en matière d’entretien. Cependant, il n’en demeure pas moins qu’un minimum d’attention reste indispensable pour l’aider à bien se développer, à rester en excellente santé et à produire des fruits.

Qu’il soit en pot ou en terre, son entretien obéit à certaines règles, que ce soit en matière d’arrosage, d’exposition et de fertilisation. L’olivier est particulièrement exigeant en matière de taille. Il a besoin d’être immunisé contre les maladies et les nuisibles qui sont susceptibles d’empêcher sa bonne croissance et la production d’olives.

Sommaire

Arrosage de l’olivier : fréquence et volume d’eau

L’olivier est un arbre qui est très résistant à la chaleur et au soleil. Ses besoins en eau sont certes moins importants que la plupart des plantes, il a quand même besoin d’un certain apport en eau surtout quand il est en pot.

Un olivier en pleine terre planté depuis moins de deux ans, doit être copieusement arrosé une fois par semaine en cas de grosses chaleurs. S’il a été planté il y a plus longtemps, il peut être arrosé toutes les deux semaines lors des canicules. Le restant de l’année, il n’a pas besoin d’être arrosé. Les pluies, même si elles sont rares, lui suffisent.

Un olivier en pot doit être davantage arrosé : d’une à deux fois par semaine quand il fait chaud à environ une fois tous les quinze jours en hiver.

En dehors des périodes de fortes chaleurs, privilégiez des apports modérés d’eau pour ne pas inonder le terreau de l’olivier. L’eau stagnante nuit aux oliviers en provoquant le pourrissement de leurs racines, ce qui est susceptible de s’achever par la mort de l’arbre.

Pour éviter de trop ou trop peu arroser votre olivier, assurez-vous que la surface de la terre se sèche entre deux arrosages. Pour vérifier l’humidité du sol, enfoncez un à deux doigts dans le sol qui entoure la plante.

Si le terreau est redevenu sec au lendemain d’un arrosage, cela signifie que votre précédent apport en eau était insuffisant. Vous devez alors arroser votre plante davantage.

En revanche, si l’humidité du sol reste élevée après 3 à 4 jours d’arrosage, cela signifie que vous arrosez trop votre olivier. Dans ce cas, il faudra diminuer vos apports en eau. Ce principe s’applique aussi bien aux oliviers en pot que ceux en terre.

Pour éviter que l’eau stagne dans les pots, assurez-vous que ceux-ci sont percés. La fonction des trous (de drainage) est d’évacuer l’eau en cas d’arrosage excessif, ce qui évite au substrat d’être inondé.

Exposition appropriée à l’olivier

Pour se développer, l’olivier a besoin d’une bonne dose de soleil et de la chaleur. En effet, les oliviers sont des plantes héliophiles, ce qui veut dire qu’ils ont besoin de la lumière directe du soleil. Ils doivent être plantés en plein soleil, car il leur faut 6 à 8 heures d’ensoleillement par jour. Cependant, ils préfèrent rester à l’abri des vents froids.

Dans votre jardin, évitez les emplacements où d’autres arbres ou des constructions pourraient faire de l’ombre à votre olivier et l’empêcher de profiter pleinement du soleil. Dans vos pièces de vie, installez votre plante devant une fenêtre orientée au sud. Les fenêtres situées de ce côté des maisons bénéficient de la lumière du soleil la plus abondante.

Les oliviers poussent naturellement dans les régions du pourtour méditerranéen, et ce sans qu’on ait forcément besoin d’en planter. Ils se retrouvent notamment dans les endroits comme l’Italie, l’Espagne, la Grèce et la Turquie.

En effet, ces zones offrent un climat doux, caractérisé par de longues heures d’ensoleillement. Le soleil y est présent tout au long de l’année. Les hivers sont modérés et les gelées sont quasi-absentes, ce qui crée un environnement propice à la croissance et à l’épanouissement des oliviers.

Olivier malade ou envahi par des ravageurs : que faire ?

Des maladies et des insectes ravageurs s’attaquent parfois aux oliviers, gênant leur croissance ainsi que la bonne production de fruits. Le parasite qui nuit le plus à l’olivier est la mouche de l’olive. Celle-ci a pour principale cible les fruits, qu’elle pénètre sous forme de larves pour les vider de leur substance nutritive. Dès lors, leur maturation s’interrompt et les olives se détachent de l’arbre. Ainsi, les olives atteintes tombent avant d’atteindre la maturité.

Pour lutter contre la mouche de l’olive et d’autres types de parasites, il existe divers traitements. Il s’agit de solutions naturelles, dont certaines sont susceptibles de sauver un olivier qui perd ses feuilles. Parmi ces remèdes, il existe aussi des traitements contre les insectes ravageurs et les maladies qui empêchent le bon développement des oliviers.

Rempotage d’un olivier

Pour planter un olivier en pot ou pour le rempoter, commencez par étaler une couche de billes d’argiles au fond d’un pot percé. Celle-ci a pour rôle de drainer l’eau d’arrosage en cas d’excès.

Recouvrez la surface des billes d’argile d’un feutre de drainage. Disponible dans le commerce, il s’agit d’une sorte de tissu qui laisse passer l’eau tout en retenant le terreau à l’intérieur du pot.

Il est essentiel que votre pot soit suffisamment large et assez haut pour permettre aux racines de bien se développer et de s’épanouir. Mais lorsque votre olivier atteindra une bonne taille et qu’il ne pourra plus tenir dans un contenant, il faudra le sortir et le planter en pleine terre.

Pour ce faire, vous creuserez un trou qui sera au moins deux fois plus grand que la motte de l’arbre. Avant d’y introduire l’olivier, étalez au fond une bonne couche de drainage. Vous pouvez utiliser des billes d’argile, du gravier, des petits cailloux…

Il est important de respecter l’arrosage au cours de la première année de plantation, surtout pour les oliviers en pot. Un apport régulier d’eau encourage la croissance des racines et aide l’olivier à s’établir solidement dans son nouvel environnement.

En pleine terre, les oliviers se contentent d’un sol pauvre en nutriments. Mais lorsqu’ils sont en pot, il est important d’enrichir le substrat au mois de mars au moyen d’un engrais approprié. Avant de fertiliser votre olivier, retenez que celui-ci n’a besoin que d’une petite quantité d’engrais.

Quand et comment tailler un olivier ?

Il existe deux types de tailles applicables aux oliviers : la taille de formation (ou d’ornement) et la taille de fructification. 

La taille de formation ou d’agrément

Cette taille a pour but d’orienter la croissance de votre olivier et de définir sa forme future. Elle intervient au début du printemps, après les dernières gelées et avant le début de la floraison.

Cette taille permet de concentrer le développement de la plante et à supprimer toutes ses branches latérales. Cela évite que l’arbre prenne une apparence buissonnante.

La taille de formation se pratique pendant les 4 premières années suivant la plantation de l’olivier. Cependant, il ne faut pas le tailler lorsqu’il est encore à l’état de tige. Laissez-lui le temps de s’enraciner et d’atteindre une hauteur d’au moins 1 mètre avant de commencer à la tailler.

Au cours d’une taille de formation, vous supprimerez également les rameaux les plus bas de l’olivier. Conservez ceux dont la hauteur par rapport au sol est inférieure à 60 cm ou 70 cm.

Grâce aux tailles d’agrément, votre olivier demeure équilibré. Il conserve une dimension modeste, ce qui le rend accessible pour la cueillette des olives. L’accessibilité de l’arbre va aussi faciliter l’application de soins appropriés en cas de maladies ou lorsqu’il est envahi par des parasites.

La taille de fructification

Ici, il s’agit de stimuler la production d’olives en éliminant les branches ayant précédemment porté des fruits. Cette coupe intervient à la fin des gelées tardives dont la survenue dépend de la région.

Dans le sud de la France, cette saison correspond à la fin du mois de février. Dans les autres régions, elle survient au mois de mars, d’avril ou de mai, en fonction du climat de la zone. Dès que l’olivier entame sa floraison, il n’est plus possible de le tailler. Sautez une année entre deux tailles pour permettre aux nouvelles branches de produire des olives. Après la récolte des fruits, vous pourrez les amputer au moment opportun.