Comment traiter du bois brûlé ?

0
250

Originaire du Japon, le bois brûlé encore appelé le yaki sugi ou Shou sugi ban est issu d’une technique de protection naturelle du bois. Pour ceux qui l’ignorent, jadis, la majorité des constructions de l’« Empire du soleil levant » étaient réalisées en bois. Il n’était donc pas rare d’être confronté à des incendies. Pour pallier à ce problème, il a été mis en place cette technique qui consiste à brûler profondément le bois d’un côté. Cela permet d’obtenir une couche noire de carbone superficielle qui créait un effet retardateur contre la propagation des flammes.

Cependant, au Japon, comme dans d’autres contrées, la tradition se perd. Du coup, les bardages en bois brûlé ont commencé par être délaissés au profit d’autres solutions, notamment le plastique. Mais depuis quelque temps, le phénomène semble s’inverser, et de plus en plus de personnes adorent le bois brûlé et sa couleur charbonneuse définitive dès sa mise en œuvre. Nombreux sont les architectes qui font recours à cette technique du bois brûlé en vue de parfaire leurs créations. Découvrez dans cet article tout ce qu’il faut savoir sur le bois brûlé.

Comment faire du bois brûlé ?

nn
Le bois brûlé s’impose comme la grande tendance du moment. Cette technique de bardage est aujourd’hui très prisée pour habiller des bâtiments modernes et contemporains. Deux méthodes permettent en réalité de traiter ce revêtement de façade alliant tradition et modernité : la méthode traditionnelle et la méthode moderne. On vous explique tout.

La méthode traditionnelle

Elle est issue du Japon et son utilisation remonte à des milliers d’années. Encore appelé méthode ancestrale, le shou sugi ban consiste premièrement à réunir trois planches de bois en vue de former un triangle. Ensuite, un feu sera allumé au centre de ce dernier par l’artisan. Étant donné que les planches prennent la forme d’une cheminée, l’oxygène pourra circuler et favoriser la combustion.

Le feu remonte ainsi en brûlant de façon homogène le bois. On mouille le bois pour arrêter la combustion. S’ensuivent des étapes de brossage et d’essuyage afin de retirer les impuretés. Notons qu’il s’agit d’une technique très difficile si vous n’avez pas trop d’expérience d’où l’existence des méthodes dérivées.

Les méthodes dérivées

Pour traiter du bois, il existe de nos jours de nombreuses alternatives. Vous pouvez placer les planches de bois sur un lit de braises ou brûler les planches au chalumeau. La méthode la plus répandue est celle qui consiste à utiliser un chalumeau pour brûler son bois. Pour réaliser cette technique, certaines étapes doivent être respectées.

Choisir l’essence adaptée

Si vous voulez réaliser la technique du bois au chalumeau, vous devez le faire sur des essences adaptées. En effet, dans la technique traditionnelle japonaise, c’est le cèdre qui était l’essence utilisée. Toutefois, il est possible de brûler du pin, du mélèze ou du chêne. À noter que l’aspect final du bois brûlé dépend de l’essence de bois choisie.

Ainsi, vous n’aurez pas le même rendu pour toutes les essences. Il vous revient donc de faire différents tests pour voir l’essence de bois pour shou sugi ban qui vous convient. Il existe certains types de bois que vous devez éviter, car ils carbonisent difficilement. Il s’agit des bois durs comme le noyer ou les bois exotiques à l’image du teck.

Préparer le bois pour la technique du shou sugi ban

La technique de bois brulé ne nécessite pas que le bois soit poncé. Le simple fait de brûler le bois à la surface permet d’éliminer les aspérités. Cependant, certaines précautions sont à prendre avant de procéder à l’opération. Il vous faudra un matériel capable d’atteindre 500 °C pour brûler correctement votre bois.

Il est recommandé que la technique de bois brûlée soit réalisée à l’extérieur pour éviter les risques de feu. Par précaution, vous devez également porter des gants ignifuges lors du processus. N’oubliez pas de garder de l’eau ou un extincteur à côté.

Brûler le bois

La chaleur et l’intensité du brûlage dépendent de la taille de la flamme produite par le chalumeau. À cet effet, plus la flamme est petite, plus le brûlage sera intense. Par contre, lorsque la flamme est grande, le brûlage sera moins intense. Précisons que le rendu du bois brûlé dépend de l’intensité du brûlage.

Pour avoir un rendu homogène avec cette technique, assurez-vous de déplacer la torche lentement d’un bout à l’autre du bois dans le sens des fibres. Si vous remarquez de petites fissures, cela voudra dire que le brûlage est trop intense et qu’il faudra diminuer l’intensité de la combustion. Souvent, le bois est brûlé en surface et non en profondeur.
Mais si vous voulez par la suite créer des contrastes intéressants, vous pouvez le brûler en profondeur.

Quelles sont les finitions du bois brûlé ?

Après avoir réalisé la technique du shou sugi ban, vous devez laisser le bois refroidir cinq à dix minutes environ. Par la suite, vous aurez le choix entre brosser le bois brûlé pour créer des effets et des contrastes et le laisser brut tel quel.

Brosser le bois brûlé

Vous devez brosser le bois si vous avez envie de créer des contrastes intéressants. L’opération consiste à enlever les résidus carbonisés pour obtenir la teinte que vous souhaitez. Pour y arriver, il faut s’équiper d’une brosse métallique standard et brosser le bois dans le sens des fibres du bois. Cela permet d’éliminer plus rapidement le carbone.

Vous remarquerez que les veines de printemps contenu dans le bois et qui sont moins denses seront plus claires que les veines d’été. Après le brossage, assurez-vous d’enlever les poussières restantes avec un chiffon humide pour enlever les derniers résidus présents sur le bois.

Laisser le bois brûlé brut

Pour ceux qui aiment le rendu du bois brûlé brut, ils peuvent le laisser comme il est. Mais il est important de savoir que la couche de carbone brute est très fragile et il faudra la protéger. Pour cela, il est recommandé de choisir un protecteur de bois brûlé.

nn

Quels sont les avantages du bois brûlé ?

La technique du Shou Sugi Ban présente de nombreux avantages. Ces derniers peuvent se subdiviser en deux catégories.

Les avantages techniques

Le bardage bois, une fois brûlé, devient imperméable à l’humidité contrairement au bois ordinaire. Par conséquent, il ne se gonfle ni se déforme lorsqu’il est en contact avec de l’eau par exemple. Cette solution affiche une grande résistance aux UV, aux champignons et aux insectes xylophages. Cela dit, ce bardage ne requiert aucun entretien. Aussi, il offre une multitude de possibilités de finition :

  • brûlage léger ;
  • carbonisation de la surface ;
  • brossage ;
  • application d’une couleur…

Pour finir, ce traitement est facile à réaliser.

Les avantages économiques

La technique de bois brûlé vous permet de réutiliser de vieux bois, des chutes de bois, et de redonner une nouvelle vie à des bois parfois inutilisés. Autrement dit, cette technique consiste à se servir des bois qui ne sont pas nobles et de leur donnée un intérêt grandissant. Cela fait du bois brûlé une solution économique et écologique.

Textures de Bois brûlé

Dans quel contexte utiliser le bois brûlé ?

La méthode du brûlage du bois au chalumeau peut être faite pour réaliser des décorations aussi bien intérieures qu’extérieures.

En extérieur

Le bois brûlé rend le bois pratiquement indestructible. À cet effet, vous pouvez l’adopter en total look sur toute la façade de votre maison. En fonction de vos envies, vous pouvez aussi le mettre à mi-hauteur. Il est aussi d’utiliser le bois brûlé comme revêtement pour sa terrasse. Par ailleurs, vous pouvez adopter des créations en bois brûlé autour de votre piscine, puisqu’il résiste à l’eau.

En intérieur

Le bois brûlé peut désormais être utilisé dans notre déco intérieure. Vous pouvez par exemple l’associer à du carrelage dans une cuisine pour habiller un pan de mur. Certaines personnes utilisent aussi ce bardage pour recouvrer totalement une pièce. Cela permet de mettre en valeur l’aspect chaleureux et contemporain de la pièce. Pour plus de subtilité, vous pouvez l’utiliser en petite touche juste avec du mobilier.

Comment protéger du bois brûlé Shou Sugi Ban ?

Le Shou Sugi Ban est une méthode japonaise de préservation du bois par carbonisation. Ce procédé permet non seulement de protéger le bois contre la pourriture et les insectes, mais aussi de lui donner une belle finition noircie.

En fonction du degré de brûlage du bois, il est plus ou moins nécessaire de le protéger. Si vous avez un bois peu carbonisé, ajouter une protection n’est pas obligatoire. En général, ce type de bois possède déjà un traitement huilé qui empêche entre autre la couche de carbone de tacher.

Si vous avez un bois brûlé fortement calciné, la couche de carbone est plus épaisse et la forte chaleur protège le bois. Par contre, cette couche de carbone est relativement fragile aux facteurs mécaniques. Aussi, avec le temps, les intempéries et les UV cette couche peut s’effriter. Vous pourrez alors appliquer un traitement huilé noir pour rendre cette couche plus résistante.

Pour information, la couche de charbon a un effet protecteur sur la fibre de bois et permet d’éviter au maximum l’entretien en conservant le rendu. Les lames se patinent avec le temps, le rendu final se fera en quelques semaines.